A découvrir, au CANET, les pastels de Marthe BONNARD

3,3 min de lectureVues : 374Commentaires fermés sur A découvrir, au CANET, les pastels de Marthe BONNARD

A découvrir, au CANET, les pastels de Marthe BONNARD

3,3 min de lectureVues : 374Commentaires fermés sur A découvrir, au CANET, les pastels de Marthe BONNARD

Contrairement à son époux, Marthe Solange n’a pas (encore) donné son nom à une rose… Et pourtant, la fleur occupe une place de choix dans ses compositions à l’image de ce pastel et fusain sur papier d’une grande délicatesse. L’artiste capture ici la danse d’un rosier brassé par le mistral et dont les différentes branches envahissent presque la quasi-totalité de la feuille. Ses lignes épousent la direction des touches du fusain tandis que l’églantier semble lui peu à peu ployer sous le poids du vent, se couchant vers les herbes folles.

Merci de cliquer sur l’image pour voir le film de FR3

Le saviez-vous ?
Marthe serait, selon la légende, la femme la plus croquée du XXᵉ siècle. Son mari l’a représentée nue, habillée, allongée, pensive ou lascive sur près de 400 toiles et plus de 1000 dessins. L’artiste continuera de la peindre par-delà sa mort, comme si elle était toujours là, mais plus évanescente encore (apparition fugitive, vapeur de lumière).

EXPOSITION Marthe BONNARD / Musée BONNARD,

jusqu’au 11 juin.

16 boulevard Sadi Carnot, 06110 Le Cannet

FESTIVAL de CANNES 2023

Bonnard, Pierre et Marthe est un film français réalisé par Martin Provost, le réalisateur de Séraphine.(3 Césars en 2008)

Pour les rôles-titres, Vincent Macaigne (Pierre Bonnard) et Cécile de France (sa maîtresse et future épouse Marthe) ont été engagés. Pour le rôle du peintre, Macaigne a dû perdre du poids selon les souhaits du réalisateur afin de se rapprocher physiquement de son personnage. Selon Provost, De France a créé avec Marthe « un personnage ambigu avec des zones d’ombre très fortes ». Les autres acteurs étaient Stacy Martin dans le rôle de Renée, Anouk Grinberg dans le rôle de la mécène Misia Sert, Grégoire Leprince-Ringuet dans le rôle du collègue peintre Édouard Vuillard, André Marcon dans le rôle du mentor de Bonnet Claude Monet et Philippe Richardin dans le rôle du peintre Maurice Denis.

Le tournage n’a pas eu lieu dans la maison originale de l’artiste au Cannet, car Provost n’aimait pas qu’elle soit trop intégrée à la ville. Il avait besoin de « plus d’espace et de nature » pour son film. Au lieu de cela, il a filmé les scènes au Domaine d’Orvès à La Valette-du-Var. Le film a été tourné en partie dans la ville de Toulon et ses environs, dans le sud de la France.

Le film retrace sur cinq décennies la vie du peintre français Pierre Bonnard (1867-1947) et de son épouse Martha de Méligny (1869-1942). Celui que son pays natal surnommait le « peintre du bonheur » a fait le portrait de son épouse, une aristocrate autoproclamée, dans plus d’un tiers de ses tableaux. Considéré comme l’un des plus grands peintres français du xxe siècle, il s’est consacré à l’impressionnisme et à l’abstraction dans ses œuvres. Pour ce faire, Bonnard utilisait des couleurs vives et représentait des scènes de la vie quotidienne. Avec d’autres artistes, il fonda en 1888 le groupe des Nabi. L’artiste trompa Marthe, mais revint toujours vers elle jusqu’à ce qu’il l’épouse. Plus tard, Marthe sombre dans la folie dans le film. Après sa mort en 1942, Pierre laisse sa chambre à coucher intacte.

Sources : AlloCiné – FR3 – Wikipedia